Skip to content

A la source du vide

Du 10 au 28 août, Christophe Tostain propose chaque semaine, la lecture de son premier roman noir « A la source du vide » sous la forme d’épisodes sonores.

Le roman, à la façon d’un road-movie, raconte la dérive inéluctable d’un homme, Vincent, ancien militaire qui a survécu à plusieurs chocs post-traumatiques. Chasseur alpin, il a été tireur d’élite pendant la guerre de l’ex-Yougoslavie.

Depuis la fin de cette guerre, Vincent erre marginalement, effacé aux yeux du monde, sans but, si ce n’est celui de survivre avec une pulsion morbide qui l’habite entièrement. Les jours et les nuits s’amassent lourdement comme un tas de gravats, la pulsion enfle comme un abcès purulent, devient insupportable, il n’y a pas d’autre issue que de passer à l’acte pour libérer le corps et l’esprit.

Une nuit, à l’abri d’une ville ensommeillée, quelque part dans le sud-est de la France, vers trois heures du matin, Vincent s’allonge sur le toit d’une passerelle qui surplombe le périphérique de la ville. Il installe son fusil, un FRF qu’il a lui même fabriqué. Il attend sa cible. La circulation est inexistante. Il attend. Une voiture apparait au loin. Vincent colle son œil dans sa lunette de visée, voit la silhouette du conducteur, pose l’index sur la gâchette, bloque sa respiration, presse la détente, libère la balle de sa chambre. Le tir est précis. Le conducteur est atteint. Peu importe qui est dedans. Vincent regarde la voiture faire des embardées, finir sa course au-delà des rails de sécurité, s’encastrer violemment dans un arbre. Il range son fusil, rejoint sa voiture et reprend la route vers d’autres espaces, au hasard, à l’instinct.

Tout au long de son périple, Vincent commet d’autres forfaits, il fait des rencontres qu’il laisse sur le bord de la route comme d’autres abandonnent un chien ou un chat. Certains sont épargnés, d’autres non. Chacun de ses actes le plonge dans ses souvenirs ; la guerre, son engagement, ses frères d’armes, ses missions, son enfance…et le présent n’est rien d’autre que du bitume qui défile sous les roues de sa voiture. Cette façon d’être, cette fuite en avant conduit Vincent à traverser l’Europe, à quitter la France, à s’enfoncer dans les campagnes profondes de la Suisse, de l’Autriche, dessinant en filigrane le constat d’un continent gangréné par la violence latente de son histoire.

Lecture des épisodes

Episode #1

D’abord, il y a un homme, Vincent, qui est allongé sur le toit d’une passerelle qui surplombe le périphérique d’une ville. Il est plus de 2H00 du matin, il attend qu’une voiture apparaisse à l’horizon, le doigt posé sur la détente de son fusil de tireur d’élite.

Ensuite il y a Pierre Henri et Virginie, couple en fin de course, qui viennent de partir d’une soirée désagréable passée chez les Monjins. Sur la route, Pierre Henri et Virginie se disputent, une fois de plus, puis le silence pesant s’installe dans la voiture …

Episode #2

Sur la passerelle, l’attente plonge Vincent dans un souvenir, celui d’une mission où, avec ses frères d’arme, ils avaient dû délogé un groupe de miliciens dans une petite bicoque perdue en pleine montagne.

Entre Pierre Henri et Virginie, toujours sur la route, le silence explose, rien ne semble pouvoir les réunir à nouveau, sauf ce qui va surgir par le pare-brise…

Episode #3

Vincent a repris la route, il s’éloigne de son nouveau forfait. Il décide, après quelques kilomètres, de s’arrêter dans une station service, l’Aire du Chien Noir, où plusieurs rencontres imprévues vont le pousser à quitter la station en oubliant l’essentiel…

Episode #4

Vincent décide de ne pas quitter l’Aire du Chien Noir. Il retourne à l’intérieur de la station service, les gendarmes sont au comptoir. Vincent s’installe à côté d’eux, il prend un café tout en prêtant une oreille attentive aux propos des gendarmes.

Episode #5

Vincent décide de ne pas quitter l’Aire du Chien Noir. Il retourne à l’intérieur de la station service, les gendarmes sont au comptoir. Vincent s’installe à côté d’eux, il prend un café tout en prêtant une oreille attentive aux propos des gendarmes.